23e Congrès de l’APDQ – Toujours plus captivant

Le 23e Congrès de l’Association des professionnels du dépannage du Québec, qui s’est tenu les 13 et 14 octobre dernier au Centrexpo Cogeco à Drummondville, démontre à quel point l’APDQ continue de s’imposer comme un incontournable dans l’industrie du dépannage. Plus de membres, plus de participants, plus d’exposants et des conférences toujours plus pertinentes. Une réussite sur toute la ligne.

Depuis quelques années, le nombre de membres et de participants au Congrès annuel de l’APDQ ne cesse d’augmenter. Les conférences de haute qualité, toujours très centrées sur la réalité des entreprises de dépannage et sur les sujets d’actualités, sont en grande partie responsables de ce succès du Congrès de l’APDQ.

« On tente toujours, année après année, d’offrir à nos membres des ateliers de formation et d’information toujours plus intéressants, et surtout adapté au goût du jour », explique Réjean Breton, président-directeur général de l’APDQ. « Il y a aujourd’hui des véhicules qu’on ne peut plus arrimer ou dépanner comme dans le passé. À titre d’exemple, les véhicules électriques qui requièrent des mesures différentes quant vient le temps de les remorquer ou de procéder à un survoltage. Tout ça, en plus des membres fournisseurs qui sont au rendez-vous, fait en sorte que nous avons chaque année plus de participants. »

Que ce soit la présentation sur le transport de matières dangereuses donnée par Auto Prévention, les plus récents développement du côté de Logiciel TowSoft qui présentait sa nouvelle application mobile « AssistRoute », la conférence bien d’actualité sur l’achat d’une entreprise ou encore la présentation d’André Pélissier sur le contrôle routier, ou la présentation par Stéfanie Deschamps, inspectrice à la CNESST, d’un rapport d’enquête d’accident, les membres de l’APDQ ont en effet pu parfaire leurs connaissances et leur compréhension de bien des enjeux.

Une organisation toujours plus forte

Le conseil d’administration de l’APDQ : Bruno Loyer, Serge Belzile, Karl Dionne, Mike Burstall, Rejean Breton, Jean-Paul Larouche, Pierre Laberge, Mario Mayer et Serge Landry.

L’APDQ représente aujourd’hui plus de membres de l’industrie du dépannage que jamais. Cette année encore, une vingtaine de nouveaux membres se sont joints à l’association.

« Le monde du dépannage au Québec est tissé serré », souligne Réjean Breton. « Lorsque nous rencontrons des membres potentiels, nous leur expliquons tout ce que nous avons fait pour l’industrie, ce que nous continuons de faire, notamment autour des tables de concertation ou directement avec les instances gouvernementales. Et lorsqu’une entreprise non membre pose des questions sur un sujet donné à l’un de nos membres, souvent c’est notre membre qui lui dira que s’il connaît la réponse, c’est grâce à l’APDQ. Notre réputation est excellente, tant dans l’industrie qu’auprès des organismes gouvernementaux. »

Quant aux dossiers chauds de l’industrie, Réjean Breton ne nie pas qu’il reste du travail à accomplir.

« Il y a beaucoup de changements dans les gestionnaires gouvernementaux qui touchent notre industrie, ne serait-ce qu’au niveau le plus élevé, celui de ministre des Transports. Certains dossiers n’avancent pas assez vite à notre goût. Mais nous continuons de travailler dur pour les faire cheminer. »

L’APDQ peut compter sur l’appui d’un conseil d’administration solide. Réjean Breton, président-directeur général, est appuyé par des vétérans de l’industrie; Mike Burstall et Jean-Paul Larouche, vice-présidents; Pierre Laberge, trésorier; Mario Mayer, secrétaire; Serge Belzile, Serge Landry, Bruno Loyer et Karl Dionne, tous directeurs.

Le congrès 2017 était d’ailleurs l’occasion d’élire certains postes qui étaient ouverts cette année. Quatre candidatures étaient déposées, soit celles de Réjean Breton, de Jean-Paul Larouche, de Pierre Laberge et de Pierre Charrette. Les trois premiers ont été reconduits dans leur poste respectif.

« Je tiens à remercier Pierre Charrette. Pierre est un membre de longue date de l’APDQ et un pilier de l’industrie du dépannage au Québec. Il a fait beaucoup pour notre industrie, et je sais très bien qu’il continuera d’être impliqué pour améliorer notre industrie. »

Voitures électriques : attention, haute tension

Parmi les conférences présentées au congrès de l’APDQ, celle de Pierre Henry, de Formation Xtrême, était particulièrement d’actualité. Le formateur d’expérience présentait en effet un atelier sur le remorquage des véhicules électriques.

Tout au long de l’atelier, il a rappelé à de nombreuses occasions l’importance de se souvenir que les batteries haute-tension d’une voiture électrique exigent des précautions particulières.

Par Claude Boucher

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité