Ah, cette fatalité…

Ce n’est jamais facile d’écrire quoi que ce soit lorsqu’on a le cœur gros. Ce n’est jamais évident de voir des collègues, des amis, des familles, des entreprises dans le deuil, quand un des leurs décède tragiquement sur la route.

Au moment d’écrire ces lignes, je cherchais les mots réconfortants pour l’équipe de Transport Guilbault et d’Extra Multi-Ressource. Ce n’est pas facile, mais du fond du cœur, je suis de tout cœur avec vous dans votre drame.

On va se le dire, le Québec a une superbe industrie du transport. Une industrie solide avec des entreprises dynamiques et qui travaillent pour le meilleur de leurs camionneurs. J’ai remarqué, lors de l’accident qui a couté la vie à un autre camionneur, que la solidarité entre médias, camionneurs, décideurs et de plusieurs autres était belle et bien présente, et c’est tant mieux!

Rafaël Muños a quitté sa maison le 6 septembre dernier pour aller travailler. Il conduisait son camion. Il pratiquait le métier qu’il avait choisi, celui de camionneur.

Le destin a frappé et Rafaël est mort tragiquement dans un accident de la route au volant de son camion.  Cet homme n’avait naturellement pas choisi de mourir ce matin-là, c’est évident. Par contre la fatalité étant ce qu’elle est, ce drame s’est produit.

Vous ne lirez pas ici d’analyse de cette tragédie. Je veux seulement parler aux hommes et femmes sur nos routes et leur mentionner qu’ils sont très importants pour nous. Le métier de camionneur est loin d’être évident, c’est un superbe métier, oui, mais qui comprend son lot de risques. Personne n’est à l’abri des intempéries, de la fatigue, des autres usagers qui peuvent être distraient, bref aucun camionneur sur la route peut maîtriser à 100 % la situation.

C’est la formation, l’expérience, la connaissance et même la sagesse qui nous permet d’évoluer dans ce métier. Qui nous amène à bien analyser la situation et à réfléchir avant de poser un geste ou de prendre une décision.

On me l’a souvent dit et répété… Nous sommes grand frère, grande sœur sur la route. À nous de donner l’exemple.

Rafaël Munos était sans aucun doute un de ces chauffeurs avec ces qualités. Il a pris le volant de son camion, a quitté ses amis, famille, collègues et il est décédé.

Malheureusement.

En mon nom et au nom de toute l’équipe du Groupe Pageau, mes sincères sympathies à la famille, aux collègues, amis et confrères-consœurs camionneurs de Rafaël Muños décédé tragiquement en exerçant ce qui est, à mes yeux, le plus beau métier du monde.

Par Francis Tremblay, ftremblay@transport-magazine.com

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité