André Fortin, nouveau ministre des Transports – Du sang neuf

Le premier ministre Philippe Couillard a nommé André Fortin, jeune député de Pontiac âgé de 35 ans, au poste clé de ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’électrification des transports.

Détenteur d’une maitrise en administration des affaires, André Fortin a été élu pour une première fois aux dernières élections de 2014. Auparavant, il avait œuvré en politique à titre d’attaché de presse au fédéral, et de 2007 à 2013, comme directeur des affaires publiques de l’Association des brasseurs du Canada. Il a notamment été l’attaché de presse de Jean Lapierre, alors que celui-ci détenait le portefeuille des Transports sous le gouvernement de Paul Martin à Ottawa.

André Fortin remplace Laurent Lessard, qui combinait son poste de ministre des Transports à celui de l’Agriculture.  Il devient le 4e ministre à détenir cet important portefeuille en 3 ans seulement, après Robert Poëti, Jacques Daoust et Laurent Lessard. Durant les 10 dernières années, pas moins de huit ministres se sont succédés à ce poste pourtant crucial, doté d’une enveloppe budgétaire importante.

Les réactions à cette nomination sont mitigées. À l’Association du camionnage du Québec, qui a souvent déploré les portes tournantes au ministère des Transports, Marc Cadieux tend la main au nouveau ministre.

« Au nom du Conseil d’administration et des membres de l’ACQ, je tiens à féliciter le ministre André Fortin pour sa nomination. Nous comptons poursuivre notre excellente collaboration dans les dossiers liés au transport routier de marchandises tels que le développement et l’amélioration de notre réseau routier, la sécurité ainsi que les lois et règlements qui régissent nos activités. Nous tenons également à remercier le ministre Laurent Lessard pour son écoute assidue et son dévouement alors qu’il occupait le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports. »

Tout en saluant la nomination d’un ministre attaché spécifiquement au transport, Bitume Québec s’inquiète d’un ralentissement possible dans les grands chantiers d’infrastructure.

Le président de Bitume Québec, Martin Pelletier, qui s’est dit confiant de voir le nouveau ministre réaliser pleinement que le Québec ne peut plus se payer le luxe de creuser encore plus, en matière de réhabilitation du réseau routier, le déficit d’entretien enregistré ces dernières années. Pour monsieur Pelletier tout retard indu dans la réalisation de la programmation prévue à court et moyen terme constituerait une entrave majeure au changement de culture qui s’impose si l’on veut vraiment s’assurer de la pérennité d’un patrimoine routier de qualité au Québec.

André Fortin hérite d’un solide défi, avec d’importants dossiers non réglés sur la table. En plus des chantiers majeurs en cours à travers la province et des gros chantiers dans la région de Montréal, il aura à piloter de nombreux dossiers, notamment celui de Über, mais aussi de tous le débats entourant la cohabitation entre les véhicules lourds et les autres usagés de la route.

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité