Chronique APDQ – Remorquage d’aujourd’hui, les véhicules électriques et les véhicules au gaz naturel

Lorsqu’un véhicule électrique est dépanné, suite à une panne ou à une collision. Face aux situations, il est nécessaire de prendre les précautions suivantes: il se peut que les coussins gonflables, qui n’ont pas été déployés lors de l’impact, risquent de se déployer pendant que l’opérateur de dépanneuse effectue des manœuvres. S’il y a un début d’incendie, il faut prendre s’assurer qu’il n’y a pas de liquide qui va se déverser sur la batterie.

Dans le cas des véhicules lourds fonctionnant avec deux types de carburant, exemple, le carburant diesel et le gaz naturel, la procédure est à l’opposer du véhicule électrique. Il ne faut pas arroser le réservoir de gaz naturel avec de l’eau mais avec un extincteur à poudre polyvalente. D’où l’importance de l’intervention d’un service d’incendie spécialiste en la matière.

La responsabilité d’un gestionnaire d’entreprise en dépannage routier (et des opérateurs de dépanneuses) s’en tient qu’au volet techniques de remorquage dont il a la compétence suite à une formation reçue (ex.: Institut de formation Wreckmaster) et en vertu du guide de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) qui s’intitule Interventions sécuritaires en dépannage routier et ce, tout en respectant les Protocoles d’entente avec les corps policiers.

Lors d’une collision d’un véhicule lourd, et selon la Loi de la qualité de l’environnement (LQE), il est souvent nécessaire et obligatoire de transvider les réservoirs de carburant avant d’effectuer le recouvrement et le remorquage d’un véhicule accidenté.

Un gestionnaire ou un maître-d’œuvre d’une entreprise de remorquage, sur une scène de collision, n’est pas un intervenant en urgence environnementale lorsqu’il fait face à un déversement ne provenant pas du moteur du véhicule accidenté. Une firme en récupération de matière dangereuse est demandé sur place par les autorités.

Il faut savoir qu’en vertu, entre autres, de la Loi sur la qualité de l’Environnement (LQE), toute personne qui constate un déversement de contaminants (peu importe la quantité) se doit d’en avertir les autorités concernées ou le Ministère du Développent durable, Environnement et Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).

Tous les éléments mentionnés, précédemment, sont une partie des caractéristiques que l’industrie du dépannage routier au Québec doit s’adapter et c’est l’une des raisons que l’industrie doit ajuster sa grille tarifaire pour que les compagnies de remorquage puissent rentabiliser leurs opérations.

N’oublions pas qu’une entreprise de dépannage est la seule parmi les intervenants de première ligne à ne pas être subventionné lorsqu’elles sont en mode disponibilité, tel un service de police, un service d’incendie ou un service ambulancier.

Par Réjean Breton, président de l’Association des professionnels du dépannage du Québec

Lisez l’article

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité