Formation – Le CFTR St-Jérôme s’ouvre vers l’électrique

Jouissant déjà d’une excellente réputation, non seulement au Québec mais ailleurs au pays, la formation du Centre de formation en transport routier (CFTR) Saint-Jérôme compte désormais une nouvelle corde à son arc : la mécanique d’autobus et de véhicules électriques. L’annonce en a été faite le 8 septembre dernier, lors d’une conférence de presse tenue dans les nouvelles installations du CFTR.

Offert en partenariat avec le Cégep de Saint-Jérôme, ce nouveau programme permettra, dès cet automne, d’amorcer la formation de 18 élèves.

« Le programme compte déjà cinq cohortes d’étudiants et les listes d’attente s’allongent. Avec l’arrivée de ce nouveau programme, le CFTR propose désormais à l’industrie du transport de personnes et de marchandises des diplômés pouvant œuvrer tant au niveau de la conduite que de la mécanique. Le programme de mécanique du véhicule électrique (VÉ) viendra répondre à cette nouvelle réalité économique québécoise, associée à l’électrification des transports », a souligné la directrice du Centre, Danielle Leblanc.

Invitée à prendre la parole, Nadine Le Gal, directrice générale du Cégep de St-Jérôme, a tenu à rappeler la qualité des nouvelles installations.

« Les étudiants pourront dorénavant bénéficier d’équipements à la fine pointe de la technologie, dans un environnement de travail propice à cette formation. Unique en Amérique du Nord, l’attestation d’études collégiales (AÉC) en technologies des véhicules électriques constitue l’une des premières initiatives en formation technique, dans le cadre du Plan d’action gouvernemental en électrification des transports. Cette formation permet aux adultes issus des domaines de l’électrotechnique et de la fabrication mécanique de développer de nouvelles compétences en véhicules électriques. Cette entente vient consolider la position privilégiée de nos institutions dans le secteur des VÉ. »

Une compétence et un dynamisme que les maires de Saint-Jérôme et de Mirabel, Stéphane Maher et Jean Bouchard, n’ont pas manqué de souligner.

« Reconnue comme ville pionnière et pilote du véhicule électrique au Canada, Saint-Jérôme entend poursuivre la promotion de l’électrification des transports et des entreprises qui en composent la filière », a dit Stéphane Maher, lors de l’événement.

De son côté, le maire de Mirabel, Jean Bouchard, a souligné le rayonnement du CFTR pour la municipalité, dont les activités contribuent grandement à l’économie locale.

Signature de l’entente de partenariat entre le CFTR, la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord et le Cégep de Saint-Jérôme .

L’autobus 100% électrique

Autre partenaire du programme, la Compagnie électrique Lion a profité de l’occasion pour présenter un exemplaire du tout premier autobus scolaire 100% électrique.

« Notre technologie s’adapte parfaitement à ce créneau, dédié principalement au transport local. La question de l’autonomie des piles ne constitue donc pas un facteur. Notre moteur est conçu pour développer une puissance réglée à 280 chevaux, mais peut atteindre 600 chevaux, si désiré », nous a expliqué brièvement le vice-président aux ventes de Lion, Benoit Morin.

L’entreprise compte d’ailleurs pousser plus loin cette technologie pour l’adapter aux camions et véhicules ambulanciers, comme nous a permis de le constater la vidéo corporative présentée lors de la conférence. À ce chapitre, Benoit Morin nous a fait part d’un projet sur lequel nous aurons sans doute l’occasion de revenir prochainement : le convoi intelligent.

« Nous travaillons à développer un système qui permettra, dans un avenir pas si lointain, la composition de convois routiers intelligents, composés de quatre ou cinq camions-remorques, et dans lesquels un seul chauffeur sera requis. L’électrification des transports est bien engagée au Québec. Nous n’avons qu’à penser au réseau des bornes électriques, instauré par Hydro-Québec, en collaboration avec la chaîne de restaurants St-Hubert. Saviez-vous que le long des grands axes routiers, la stratégie d’implantation de la chaîne fait en sorte que nous retrouvons un restaurant à tous les 30 kilomètres environ? Un tel déploiement résout à toutes fins utiles la problématique de l’autonomie », de poursuivre ce dernier.

Les dignitaires devant l’autobus 100% électrique de Lion.

40 ans d’excellence

Depuis sa fondation en 1976 tout comme le CFT de Charlesbourg, le CFTR est devenu le véritable chef de file en matière d’enseignement des métiers liés au transport. Principalement en matière de formation de conduite, puis, maintenant en ajoutant le volet mécanique de véhicules lourds routiers, qui inclut la mécanique d’autobus et des véhicules électriques.

« Nous sommes aussi particulièrement fiers de participer au programme d’essais des systèmes coopératifs de circulation en peloton de camions de Transports Canada, en collaboration avec le Groupe PIT. Notre nouveau programme nous permettra aussi d’accroître notre expertise, mais surtout de s’aligner au développement du transport électrique au Québec », a conclu Danielle Leblanc.

Notons en terminant que le CFTR dispose de plus de 165 camions, 160 semi-remorques, 5 autobus urbain et planifie de faire l’acquisition d’un premier autobus électrique.

Par Richard Marcil

Voir toutes les nouvelles du transport

Source photo: Richard Marcil

Publicité