La sécurité avant tout

Le mois dernier, dans mon éditorial, je lançais à tous un appel à la prudence et au professionnalisme. L’industrie du camionnage a ceci de particulier qu’elle opère, dans la majorité des cas, en cohabitation avec automobilistes, motocyclistes, cyclistes et piétons.

Elle a aussi comme autre caractéristique unique d’être probablement l’industrie la plus policée, justement en raison de cette cohabitation. Que ce soit par le biais de Contrôle routier Québec, des différents corps de police, des vérifications effectuées auprès des transporteurs inscrits au programme PEP, de la Commission des transports du Québec ou encore la population en générale témoin du comportement routier de véhicules qui sont loin de passer inaperçu, le camionnage roule, si vous me permettez l’expression, les fesses serrées.

En plus de ces considérations logiques, les joueurs de l’industrie s’autocontrôlent, que ce soit pour être un bon citoyen corporatif, pour des raisons purement économiques comme éviter les contravention et coûts engendrés par les accidents, ou tout simplement parce que ça fait partie de l’ADN des entrepreneurs eux-mêmes de valoriser la sécurité sur le réseau routier et celle de leurs employés.

Quelle qu’en soit la raison, et même s’il est important de ne pas crier victoire et de baisser sa garde, l’industrie du camionnage au Québec peut être fière d’une chose : ses efforts pour améliorer la sécurité sur la route semblent porter fruits.

Dans cette édition de Transport Magazine, nous abordons plusieurs sujets liés à la sécurité sous bien des angles : gestion d’accident, port de la ceinture de sécurité, bilan routier. Sur ce dernier point, on note que le bilan routier 2016, pour ce qui a trait aux camions lourds, est dans l’ensemble positif. D’autre part, notre chroniqueur régulier Benoît Lapierre de Contrôle routier Québec nous dévoile que le dernier blitz d’inspection Roadcheck du CVSA dénote une amélioration du côté de la conformité des freins. Il souligne que des 1729 véhicules inspectés au Québec lors de cette opération annuelle, 81% étaient dans un état mécanique conforme.

Cette opération du CVSA, qui se déroulait du 6 au 8 juin dernier, s’effectue à l’échelle nord-américaine. Comment se comparent les transporteurs québécois aux transporteurs américains? Eh bien, aux États-Unis, 23% des véhicules inspectés ont été mis hors-service pour des manquements reliés au véhicule. On peut donc en conclure que le Québec fait bonne figure.

Je ne crois pas pour autant qu’il y a lieu de célébrer. Même si je ne suis pas de ceux qui croient possible d’en arriver à un bilan zéro décès, chose selon moi totalement utopique, on ne peut nier qu’il y a encore place pour l’amélioration. Cela dit, j’en connais du monde dans l’industrie du camionnage au Québec, et je pourrais compter sur une seule main ceux qui, de façon évidente, ne placent pas la sécurité au premier plan dans tout ce qu’ils font.

Bravo à toutes et tous, donc, pour les progrès enregistrés en 2016. Continuez. Vous êtes sur la bonne voie.

Par Claude Boucher

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité