Le nouveau FTR d’Isuzu – Un retour dans la catégorie Classe 6

Après quelques années d’absence du marché du camion classe 6, Isuzu revient en force avec la nouvelle gamme de camions à cabine avancée FTR. Assemblé dans la nouvelle usine de Spartan Motors à Charlotte au Michigan, le nouveau FTR combine des composantes japonaises et américaines, pour répondre aux besoins des transporteurs nord-américain. Une cabine plus vaste et plus silencieuse, un châssis à hauteur de quai de chargement, et un moteur 4 cylindres économique, le FTR devrait se tailler une place de choix.

Depuis la fin de l’entente de partenariat entre GM et Isuzu, résultant de la restructuration de GM en 2009, le constructeur japonais fait cavalier seul, et avait limité son offre de produits en Amérique du Nord aux camions de classe 3 à 5, soit du NPR de 13 000 lb de PNBV au modèle NRR de 19 500 lb de PNBV. Isuzu a connu un immense succès dans ces classes de camions, s’accaparant notamment 85% du marché classe 3 à 5 aux États-Unis. Mais la fin du partenariat avec GM avait aussi signifié un retrait temporaire du marché des classe 6 et plus.

« Nous étions limités au marché supérieur des camions de classe 5, avec le NRR à 19 500 livres », nous confie Andrew Craig, directeur des opérations chez Camions commerciaux Isuzu Canada. « Nos clients souhaitaient avoir un camion plus gros, avec un châssis à hauteur des quais de chargement. Nous devions créer un tout nouveau camion, puisqu’il n’y avait rien dans le portfolio d’Isuzu au Japon pour répondre à ce besoin. »

Le nouveau FTR, un classe 6 de 25 950 lb de PNBV, combine donc des composantes japonaises, comme la cabine et le moteur quatre cylindres turbodiesel 4HK1-TC de 5,2 litres d’Isuzu, à des composantes nord-américaines : transmission Allison, châssis, essieux et suspension, le tout assemblé à Charlotte au Michigan.

Le FTR est doté d’un système de freinage pneumatique, ce qui exigera dans la plupart des provinces un permis de classe 3 pour les conducteurs, mais pas dans la plupart des états américains.

Le moteur quatre cylindres turbodiesel 4HK1-TC de 5,2 litres d’Isuzu.

Polyvalent et spacieux

Comme tous les camions à cabine avancée, le nouveau FTR d’Isuzu permet l’installation de carrosseries plus longue tout en maintenant la longueur hors tout au minimum. Isuzu offre sur son nouveau camion des empattements qui permettent l’installation d’un fourgon ou d’une plateforme allant de 14 à 30 pieds. Selon Isuzu, pour un fourgon de 24 pieds, cet avantage signifie un diamètre de braquage de 56,5 pieds, comparativement à un diamètre de plus de 64 pieds pour une cabine conventionnelle.

De plus, dans le contexte du débat sur la sécurité des camions en milieu urbain, la visibilité offerte par un camion à cabine avancée constitue un avantage certain.

La cabine du FTR, mieux isolée et plus silencieuse que les cabines précédentes du constructeur, bénéficie d’un autre avantage : un espace de 22 pouces derrière les sièges.

« Ce n’est pas tout à fait un compartiment-couchette, qui doit normalement faire un minimum de 24 pouces », explique Andrew Craig. « Mais dans certaines administrations, comme en Colombie-Britannique qui permet de considérer le temps passé dans la couchette comme du temps hors service pour les chauffeurs, ça peut être utile. Mais l’espace est surtout conçu pour y loger des équipements ou un coffre d’outils. »

Le FTR offre aussi un siège du conducteur à suspension pneumatique, un rétroviseur parabolique à droite, et beaucoup d’espace de rangement. Pour l’accès à la cabine, Isuzu a conçu les portes du FTR pour qu’elles s’ouvrent à 90 degrés.

Par Claude Boucher

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité