Programmation routière 2018-2020 – Un carnet d’investissements axé vers les usagers

Ce sont plus de 4,8 milliards $ qui seront investis sur le réseau routier québécois d’ici 2020 afin d’améliorer la sécurité et la qualité de vie des usagers de la route, une hausse de 200 M$ par rapport à l’an dernier. Selon le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, André Fortin, cette somme, bien que colossale, est la résultante des efforts faits par son gouvernement lors des dernières années.

À quelques mois du déclenchement de l’élection, le ministre Fortin a rappelé lors de son annonce tant attendue, le 2 mars dernier, que les investissements de son gouvernement et de ses partenaires permettront la réalisation de plusieurs projets routiers qui répondent « aux besoins des familles et des entreprises ».

Le ministère des Transports réalisera 2 119 chantiers au cours de la période 2018-2020.

« Cette programmation routière représente bien plus que des chiffres d’envergure. C’est la capacité de mobiliser l’expertise et le savoir-faire de milliers de travailleurs pour livrer des projets qui auront un impact réel sur la qualité de vie des familles. C’est aussi un levier de développement économique crucial pour chaque région. Je suis fier de leur présenter un carnet d’investissements qui permettra aux usagers du réseau de bénéficier d’infrastructures routières sécuritaires, performantes et durables », a avancé le ministre.

Plus spécifiquement, le budget consacré à des projets de nouvelles infrastructures passera à 793 millions $ en 2018-2020 (comparativement à 464 millions $ dans la programmation 2017-2019). Force de constater que cette somme ne permettra pas de réaliser en totalité les différents projets routiers avancés par le gouvernement du Québec. Il suffit de penser au parachèvement de l’autoroute 19, entre les autoroutes 440 à Laval et 640 à Bois-des-Filion, sur la Rive-Nord, à l’élargissement de l’autoroute 30, sur la Rive-Sud, ainsi que l’élargissement à quatre voies de l’autoroute 50, entre les municipalités de Buckingham et Thurso, en Outaouais.

M. Fortin a toutefois tenu à préciser à ce chapitre que ce qu’il a annoncé le 2 mars dernier concerne « des budgets de conservation des ponts et des chaussées, mais qu’il y aura des projets spécifiques que notre gouvernement sera en mesure d’annoncer en marge de la programmation routière, au cours des prochaines semaines ».

Un pas dans la bonne direction

L’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ) a dit pour sa part accueillir positivement la hausse de près 200 M$ des investissements routiers pour 2018-2020 par rapport à 2017-2019, même si cette hausse ne comblera pas tous les besoins criants du réseau routier du Québec. « On se souviendra que de 2010 à 2013, le ministère des Transports investissait près de 4 milliards $ par année qui avait pour impact une forte croissance annuelle de la qualité du réseau », a indiqué le conseiller en affaires publiques et porte-parole de l’Association, Christian Croteau. « L’ACRGTQ est aussi satisfaite que cette annonce arrive tôt en saison. Il s’agit en fait d’une revendication de longue date de l’ACRGTQ qui souhaitait que les entrepreneurs soient en mesure de planifier leur saison des travaux tôt dans l’année. »

De son côté, Bitume Québec, une association à but non lucratif qui regroupe les fournisseurs de bitume et les producteurs d’enrobés bitumineux de la province, voit aussi d’un bon œil la décision du gouvernement du Québec d’augmenter de 200 millions $ les investissements routiers. Son président, Martin Pelletier, a perçu cette annonce comme « un pas de plus accompli vers une remise à niveau bonifiée d’un réseau routier national trop longtemps négligé ».

Reconnaissant les efforts budgétaires supplémentaires consentis par le gouvernement en faveur de l’entretien du réseau routier, M. Pelletier s’est néanmoins interrogé à savoir si les investissements destinés à la seule réhabilitation des routes suffiraient. Le président de Bitume Québec a dit prendre pour preuve tous les impacts dévastateurs des imprévisibles conditions climatiques hivernales.

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité