Les remorques forestières à billots – Plus solides, et plus légères

Comme pour la plupart des équipements de transport, il est plutôt rare de voir une révolution complète dans la conception et fabrication des remorques forestières à billots. Ces remorques, indéniablement parmi les équipements les plus éprouvés au travail, œuvrent dans des conditions les plus difficiles. L’objectif des fabricants : construire des remorques plus légères, mais surtout plus solides.

Même s’il y a eu, il y a quelques années, des tentatives d’incorporer l’aluminium dans la construction des remorques à billots, les fabricants sont rapidement retourné à l’acier. Que ce soit chez Manac, Temisko ou Fericar, la remorque, les berceaux et les poteaux sont en acier.

« On se dirige de plus en plus vers l’acier galvanisé », nous dit Luc St-Jacques, directeur des ventes chez Manac. « Chez nous, les poteaux standards sont galvanisés. Nous avons essayé les combos, mais les poteaux et les berceaux brisaient trop facilement. L’aluminium n’est pas fait pour ce type de transport. »

Même son de cloche chez Temisko, nous dit Normand Pelchat.

« Il y a eu des essais en aluminium par le passé, mais aujourd’hui, c’est tout en acier. De plus, l’acier d’aujourd’hui est tout aussi résistant, mais plus flexible. À très basse température, des poteaux cassaient. Mais avec les aciers disponibles aujourd’hui, on obtient des poteaux plus flexibles, plus résistants et plus légers, en plus d’offrir un meilleur volume que les poteaux d’aluminium qui devaient être plus gros. »

Et les freins? À disque ou à tambour? Ici, deux visions s’affrontent. Chez Manac et Fericar, on n’y croit pas.

« Nous sommes à 100% sur freins à tambour », précise Danny Laprise, directeur des ventes chez Fericar. « Le frein à disque n’est pas idéal pour le forestier, à cause des débris, du gravier et de la poussière sur les chemins forestiers. Je considère que ce n’est pas la place, dans le bois, pour les freins à disque. Dans notre atelier de réparation, et on voit l’impact des chemins forestiers sur les freins à disque, même sur les remorques à copeaux. »

Luc St-Jacques de Manac partage cet avis. Le fabricant beauceron estime que les pare-poussière ne sont pas assez efficaces, et que les freins à disque sont plus vulnérables dans les conditions forestières.

Mais chez Temisko, il semble que la clientèle pense autrement.

« De plus en plus de clients s’en vont vers les freins à disque, même dans le forestier » nous dit Normand Pelchat. « Beaucoup de nos clients l’ont essayé, et ne veulent que ça maintenant. »

Les nouveautés

Manac a récemment mis sur le marché une toute nouvelle semi-remorque à billots surbaissée. Le fabricant a réduit la hauteur du châssis, tout en maintenant la même garde au sol pour l’essieu autovireur, et offre de nouveaux poteaux à angle. Le résultat : un volume de chargement accru d’un peu moins d’une corde, selon la longueur de bois. Les nouveaux poteaux de Manac sont d’ailleurs compatibles avec les anciennes remorques.

Manac a aussi augmenté la rigidité en torsion tout en réduisant le poids, sans aucune perte de rigidité en flexion. Le poids de la nouvelle remorque à billot de Manac est de moins de 8 000 kilos pour une remorque quatre essieux, la plus légère sur le marché selon Luc St-Jacques.

Par Claude Boucher

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité