Sécurité des camionneurs: cellulaire au volant 46 – Ceinture de sécurité 105

Il y a déjà 41 ans, le 1er juin 1976, Québec adoptait une loi obligeant le port de la ceinture de sécurité pour tous les passagers assis à l’avant d’un véhicule moteur. Cette loi a par la suite été modifiée en 1979, stipulant que tous les passagers du véhicule doivent dorénavant s’attacher afin de se conformer au Code de la sécurité routière.

Même si la ceinture de sécurité en trois points a fait ses preuves quant aux chances de survie des occupants en cas d’impact, un fort pourcentage de conducteurs professionnels ne la boucle pas pour diverses raisons, croyances ou mythes.

Étonnamment, lors d’opérations tenues par les contrôleurs routiers de la Société de l’assurance automobile du Québec, auxquelles ont participé des corps policiers municipaux et la Sûreté du Québec, ils ont pu observer qu’une quantité importante de conducteurs professionnels de véhicules lourds ne portaient pas leur ceinture de sécurité, ce qui s’est révélé comme étant une problématique importante.  Ainsi, lors de ces quatre opérations réalisées dans certaines régions du Québec, les contrôleurs routiers ont donné 151 constats d’infractions. De ce nombre, 105 constats d’infraction étaient liés à l’omission de la ceinture de sécurité, et 46 à l’utilisation du cellulaire au volant.

Devant cette situation, Contrôle Routier Québec a vu la nécessité de former un groupe de travail auquel le Centre de formation en transport de Charlesbourg est fier de participer, en collaboration avec plusieurs autres intervenants du milieu. L’objectif de ce groupe de travail est de mettre en place des mécanismes favorisant l’échange et la diffusion d’informations chez les transporteurs, les partenaires, les citoyens et les employés afin de résoudre la problématique et renforcer l’implication des partenaires et la collaboration des intervenants.

La question demeure entière : pourquoi plusieurs conducteurs professionnels n’attachent-ils pas leur ceinture de sécurité à bord de leur véhicule ?

Par Martin Tardif, conseiller pédagogique au Centre de formation en transport de Charlesbourg

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles du transport 

Publicité