L’Unimog de Daimler – Un tout-terrain polyvalent au max!

Une fois n’est pas coutume, présentons un véhicule tout simplement hors norme, offert dans des dizaines de pays, mais disparu d’Amérique du Nord au milieu des années 2000. Aussi à l’aise comme véhicule forestier, militaire, agricole, de secours et pour combattre les incendies, l’Unimog réunit des caractéristiques franchement étonnantes. Partons à sa découverte sur les plus difficiles sentiers.

L’Unimog, vendu par Mercedes-Benz et autrefois par Freightliner au Canada et aux États-Unis, connaît un parcours hors du commun. Développé peu après la Seconde Guerre mondiale en Allemagne, il a d’abord travaillé dans les champs, sa largeur des roues correspondant exactement à celle de deux rangées de pommes de terre! Son nom Unimog est l’acronyme de « UNIversal-MOtor-Gerät », signifiant « appareil à moteur universel ».

Relativement court et doté de quatre ou parfois de six roues motrices montées sur un court châssis flexible, l’Unimog peut être équipé de nombreux outils grâce à sa prise de force latérale. Ses engrenages déportés permettent que ses essieux et sa transmission soient plus élevés que le centre des roues, en plus d’offrir une torsion de chaque essieu atteignant 30 degrés. Le véhicule possède ainsi un dégagement du sol peu commun, atteignant 18 pouces (46 centimètres), ce qui lui permet de franchir d’importants obstacles tels que des souches et des ravins.

Des moteurs compacts

L’Unimog n’est généralement pas doté de moteurs particulièrement puissants, à l’exception des versions de course qui lui ont permis de gagner quelques rallyes Paris-Dakar durant les années 1980 dans la catégorie des camions. Par exemple, un actuel U 5000 à châssis court et cabine simple comporte un moteur diesel de 4,8 litres, dont les quatre cylindres en ligne sont turbocompressés. Celui-ci produit 218 chevaux et 597 livres-pieds de couple, tout en respectant la norme Euro 3. Par contre un Unimog U 5023 à châssis allongé utilisé par l’armée possède un moteur de 5,1 litres produisant alors 231 chevaux et 664 livres-pieds de couple, tout en respectant la norme Euro IV grâce à l’emploi de l’urée et de la technologie BlueTec.

Entre autres parce que ses moteurs à quatre cylindres sont relativement compacts, l’Unimog offre une visibilité à l’avant franchement étonnante. Le court capot incliné de la plupart des éditions ne mesure souvent que quelques centimètres de profondeur. Et dans le cas du modèle 408 qui servait entre autres comme camion à ordures, le capot était même asymétrique avec une section droite plongeant vers le pare-chocs. Des manœuvres compliquées en terrain difficile peuvent alors être réalisées avec facilité, ce que ne peuvent accomplir des véhicules normaux. Tous sont dotés d’une prise d’air au niveau du toit, afin d’offrir au moteur l’oxygène nécessaire sans boue, poussière et eau!

Combien de vitesses pour reculer?

L’Unimog possède un nombre exceptionnels de vitesses : souvent autant pour reculer que pour avancer! C’est par exemple le cas du modèle U 5000 en version hors route offrant huit rapports vers l’avant et autant vers l’arrière. La boîte AutomaticShift offre les modes manuel et automatisé modifiables du bout des doigts, et ce sans devoir enfoncer de pédale d’embrayage. Dans la plupart des cas, le constructeur impose de série une limite de vitesse assez basse de 96 kilomètres-heure, afin d’éviter que le véhicule ne se retourne à cause de son haut centre de gravité. Ce qui n’empêche pas certains casse-cou de rouler à plus de 100 dans des sentiers pratiquement inaccessibles après avoir désactivé le système.

Le véhicule fonctionne avec des roues motrices arrière ou avec la puissance transmise aux quatre, grâce à des différentiels blocables tant à l’avant qu’à l’arrière. Le système peut passer d’un mode à l’autre tout en continuant de rouler grâce à un simple bouton rotatif. Parce que l’Unimog utilise des ressorts à grand débattement et des engrenages déportés offrant un dégagement du sol de 18 pouces, celui-ci peut escalader des pentes à 45 degrés, s’incliner sur le côté de 38 degrés et passer du plan horizontal à une côte de 44 degrés sans même que sa structure ne touche le sol!

Un club sélect

Les amateurs de l’Unimog sont particulièrement nombreux en Europe, et c’est avec lui qu’ils participent à des compétitions de rallye pour camions franchement exigeantes. Par exemple, à Wroclaw en Pologne en 2015, les 127 équipes inscrites avaient à parcourir 1500 kilomètres en huit jours, durant lesquels tous avaient à franchir des rivières, des ravins, de trous de boue et de sable, souvent à plus de 100 kilomètres-heure. Les trois premières places avaient alors été conquises par des conducteurs de camions Mercedes.

Par Frédéric Laporte

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité